Le secteur informel et l’économie locale à Niamey :Zoom sur certaines activités génératrices de revenus

 Le secteur informel et l’économie locale à Niamey :Zoom sur certaines activités génératrices de revenus

Les activités génératrices de revenus communément appelées (AGR) constituent un socle pour le développement local. Dans la recherche d’un bien-être socio-économique, les populations s’adonnent à plusieurs métiers générateurs de revenus particulièrement dans la Ville de Niamey.
La vente de couscous du riz ou du maïs appelé en langue locale ‘’dambou’’, est une des alimentations prisée par les nigériens. La commercialisation de cette spécialité nigérienne est une activité rentable notamment à Niamey. Elle est vendue dans les marchés, autours des écoles, sur les grandes artères de la ville, dans les quartiers etc. Madame Haoua Noma exerçant ce métier pendant une dizaine d’années au quartier Yantala, affirme que cette activité lui ai très bénéfique. « A travers la vente de dambou, je paye la scolarité de mon enfant, je contribue aussi aux dépenses et autres cérémonies familiales ». Néanmoins, pendant les périodes des vacances scolaires, ces vendeuses sont confrontées à une baisse de la clientèle, du fait que des milliers d’écoliers font de sa leur alimentation pendant les recréations.
Outre cette activité du secteur informel, on a aussi la construction métallique, un domaine qui s’intéresse à la construction d’ouvrages en métal ou en acier. Ce métier prend de plus en plus de l’ampleur dans la ville de Niamey contribuant ainsi au développement de l’économie locale. Cela s’explique par l’urbanisation grandissante de la ville entrainant le besoin des populations à s’accommoder les différents ouvrages (portails, lits, décorations maison etc.). Les personnes qui pratiquent ces types de métiers s’en réjouissent. « J’ai ouvert mon atelier en 1981. A travers cette activité, j’ai construit une maison. Je suis en charge également de trois femmes et 31 enfants. Néanmoins, depuis un certain temps, tout n’est plus comme avant, cette activité est exercée par plusieurs personnes et même des étrangers venus des pays voisins, diminuant ainsi notre clientèle » affirme  Monsieur Moumouni Yacouba, constructeur métallique à Niamey. Il lance ainsi un appel aux autorités compétentes de trouver les moyens pour valoriser le secteur.
Au Niger, les activités génératrices de revenus contribuent significativement à l’économie locale mais aussi à l’autonomisation des femmes et des jeunes. C’est pourquoi, il est important de les prendre en compte dans les différentes politiques et programmes de développement.

                                                     Adamou Mariam REJEA